It Follows – Notre avis

Posted: 9 juin 2015-Likes: 0-Comments: 0-Categories: Avis de films-Tags: avis it follows, horreur, it follows
You are here: ...
Home / It Follows - Notre avis / Avis de films / It Follows – Notre avis

Jay est une adolescente, qui va passer sa première soirée avec Hugh, son nouveau petit ami. Après avoir fait l’amour dans la voiture, dans un lieu abandonné, Hugh chloroforme Jay est l’attache à une chaise. Il la met en face d’une silhouette féminine qui se dirige vers elle. Il vient de lui refiler une maladie sexuellement transmissible. Jay se retrouve traquée par une force oppressante, qui la suit où qu’elle aille, toujours en marchant ! Jay tente alors d’y échapper avec l’aide de ses amis.

It Follows, un film d’horreur à l’ancienne

Ce qui ma surtout plu dans It Follows, c’est le cachet qui a été donné au film.  David Robert Mitchell a réalisé son film comme cela se faisait dans les années 80-90. Pas de surenchères d’effets spéciaux, juste un scénario et une prise de vue « à l’ancienne », qui ne manque pas de rappeler un certain « Nightmare on Elm Street » ou un « Halloween ». John Carpenter et Wes Craven ne sont pas loins. Les plans redeviennent fixes (on oublie les abus des caméras au poing brouillonnes); ils permettent d’appréhender l’intégralité d’une scène, de capter des détails en arrière plan qui font toute l’ambiance du film. Ambiance également très travaillée sur la bande son grâce à Rich Vreeland qui abuse des synthés made in 90’s et renforce cet esprit vintage.

it follows

It Follows et son Boogey Man

La aussi c’est un retour aux sources. Le méchant flippant qui traque sa proie, c’est un code des années 90 (Freddy, Jason, Pinhead, Candyman…), on retrouve une incarnation du mal, indestructible, implacable, dérangeante. It Follows intègre ce personnage à la perfection, surpassant le BoogeyMan de Sinister, pourtant très convaincant. Peut-être parce qu’il reprend les pires traits de caractères des films d’horreurs passés, notamment la viralité de Sadako dans Ring. Une vraie réussite et surtout un concept simple mais très efficace scénaristiquement dans sa méthode traque !

it follows

De vrais ados, crédibles

Enfin,  David Robert Mitchell a récité son petit du film d’horreur de A à Z ! Les adolescents sont méfiants mais pas buttés, ils s’unissent contre le mal, mais bon, un BoogeyMan, ça ne se dézingue pas aussi facilement. La transmission sexuelle de la malédiction en elle-même est un véritable dilemme, qui en lui-même est dérangeant et parfaitement jouée par Maika Monroe. It Follows lève la question de la futilité du rapport sexuel. S’offrir à quelqu’un que l’on aime en le condamnant, ou préférer un inconnu et vivre l’acte comme une sorte de « viol ». Cette question du rapport à soi-même et sa fierté, soumise à la pression d’un mal omniprésent et toujours plus proche, accroît la pression autour de l’héroïne et la rend vraiment humaine, crédible empathique.

En conclusion

It Follows n’est pas LE film d’horreur de l’année, mais il fait passer un très bon moment (enfin un mauvais, enfin vous me comprenez). Il est surtout un vrai retour aux sources du genre, avec une mise en place efficace mais sans fioriture. Les amateurs y verront une madeleine ensanglantée de Proust, les autres certainement un film pas vraiment moderne. En tous les cas, moi, je vous le conseille.

La bande annonce de It Follows

Prev / Next Post

Add comment